Ce qui a changé

Une prise de conscience générale… nos actes du quotidien et décisions ont une influence notable sur notre écosystème : politique, économique, écologique mais récemment sur notre propre santé. L’écologie est une tendance générale, un nice-to-have, un moyen de se donner bonne conscience, de (re)vivre en harmonie avec la nature tout en initiant un relai de croissance économique. La santé est un must-have, le temps qui était donné à la transition écologique – avec des plans prévus sur des décennies – ne sont plus d’actualité. Il faut agir rapidement et efficacement. Le développement durable ne doit plus être à la fois économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable. Les progrès de l’humanité doivent inclure un nouveau pilier : la santé. La santé impacte notablement l’économie, l’écologie (notre chère Mère nature) maintient notre santé, l’économie permet la paix sociale. Il est nécessaire d’intervenir sur l’ensemble de ces quatre variables. Sans cela, nous allons à notre perte et plus vite que nous le pensons…

Réveillons-nous

Allons-nous vers un nouveau modèle économique ? La mondialisation périclite-t-elle ? Soulignons qu’avant même la crise sanitaire de 2020, les échanges internationaux étaient en baisse. La courbe ne semble plus s’inverser.

Nous devrions – au moins dans un premier temps – passer d’un monde mondialisé à une production « continentalisée » (Jeremy Rifkin)

Le protectionnisme est la pire des plaies. L’autonomie des nations est nécessaire. Cette crise sanitaire permet de mettre en exergue nos produits locaux, la qualité de nos producteurs et industries. A titre d’exemple et à l’instar de ce qui se passe en Suisse, les supermarchés français ont quasiment basculé vers les 100 % de fruits et légumes français (lien). En l’absence de crise sanitaire (et prochainement économique) cela ne n’aurait pas été le cas… Consommer local a un impact direct négatif sur notre pouvoir d’achat … mais sur le long terme, nos changements de comportement de consommation devraient être bénéfiques pour l’économie française, européenne et de ses habitants. Nous nous appauvrissons en voulant consommer davantage et à moindre coût. Changeons d’état d’esprit!

Nous devons défendre nos produits, nos services de qualité et nos industries. Une reprise pérenne de notre économie peut uniquement se faire en récupérant ce que nous avons perdu au profit de l’Asie. Il est inadmissible qu’en temps de pandémie nous dépendons de l’Asie pour des produits de première nécessité (production de masques, etc) alors même que le virus est venu de cette région.

Il est essentiel de repenser notre mode de production. Il est impensable de gripper notre développement économique par des importations massives que nous pourrions produire sur notre territoire. L’essentiel de nos matériels informatiques, équipements de télécommunication, habillement, ameublement, etc sont produits en dehors de France, d’Europe et principalement en Asie… il est temps de se réveiller. La crise du Covid-19 doit être salvatrice pour nos agents économiques, citoyens, entreprises familiales, hôpitaux, structures financières… Nous avons notre destin en main!